Showkutally Soodhun: Bashir Jahangeer n’a que deux choix : soit il reste, soit il part

Le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, est très remonté contre le député Bashir Jahangeer. Celui-ci sera sanctionné s’il persiste à faire preuve d’indiscipline, prévient-il. Abordant le dossier de bail de Pas géométriques, le VPM est on ne peut plus catégorique. Des « esprits machiavéliques » , dit-il,  seraient  à l’œuvre afin de ternir son image. Dans l’entretien qui suit, le bouillant Showkutally Soodhun nous révèle qu’il présidera personnellement le Hadj Committee cette année. 

Zahirah Radha

 

Q : Après le conflit Soodhun-Duval, le peuple est en train de découvrir d’autres au sein de Lalyans Lepep. Il n’y a pas que du Lutchmeenaraidoo-Bhadain ces jours-ci, mais aussi un match Collendavelloo-Jahangeer qui vient d’être porté sur la place publique après une altercation au Parlement l’année dernière ? Pourquoi les collègues de l’alliance gouvernementale n’arrivent-ils pas à accorder leurs violons pour mieux gérer les affaires de l’Etat et ne pas salir leur réputation ?

 R : Dans toute alliance, il y a un code de conduite et une responsabilité collective. On peut ne pas être d’accord avec quelqu’un mais, en fin de compte,  on doit respecter la décision prise par la majorité des collègues. Lalyans Lepep a été élue avec une forte majorité. Il y a une entente et une communion extraordinaire entre les trois partis qui forment cette alliance. Quand il s’agit de diriger un pays, il faut se laisser guider par le programme électoral et le discours présidentiel. Bien qu’on ait le droit et la liberté de s’exprimer, il faut le faire dans les instances appropriées. Il y a des nouveaux députés qui manquent d’expérience et de maturité politique. Ils oublient le code de conduite du gouvernement et agissent comme bon leur semble. Au MSM, on a toujours respecté ces principes. Si quelqu’un ne peut pas y adhérer, il n’a clairement pas sa place au sein du parti. Et cette règle s’applique également à moi en tant que président du MSM.

« Si quelqu’un pense que j’ai fauté, je l’invite à faire une déposition contre moi au CCID ou à l’ICAC »

 

Q : Ces guerres intestines ne ternissent-elles pas l’image du gouvernement, ébranlant ainsi la confiance de la population ?

R : Ce n’est pas la première fois que cela se passe. Mais ‘enough is enough’. Cette attitude ne sera plus acceptée ou tolérée. Il (ndlr : Bashir Jahangeer) n’a que deux choix : soit il reste, soit il part. Qu’un membre soit ministre ou député, la ligne du parti doit être respectée. Il est triste que Bashir Jahangeer ait fait preuve d’indiscipline. J’espère qu’il retourne à la raison. Mais si jamais il persévère dans la voie de la discorde, on prendra la décision qui s’impose. Moi, je ne suis pas ‘happy’ de la façon dont il se comporte.

 

Q : Dans quel camp vous situez-vous ? Dans celui de SAJ qui soutient Bhadain ou celui de Pravind Jugnauth, le leader du MSM, qui affiche publiquement sa préférence pour Lutchmeenaraidoo ?

R : Ou pé faire erreur ! Pravind Jugnauth est un homme de principe. Il est vrai qu’il y a eu des accusations contre deux membres du parti. Mais aussi longtemps qu’ils ne sont pas trouvés coupables et condamnés, nous ne pourrons pas nous prononcer dessus. Pour revenir à votre question, la question de soutenir l’un ou l’autre ne se pose pas. On restera dans le camp de la vérité.

 

Q : Le MSM Soodhun et le MMM Joomaye se retrouvent au-devant de la scène pour une affaire de bail de Pas géométriques. Estimez-vous que ce soit une tempête dans un verre d’eau alors que vos adversaires parlent de conflit d’intérêts ?   

R : Je tiens à préciser que je n’ai ni participé dans une quelconque prise de décision directement ou indirectement, ni approuvé quoi que ce soit relatif au dossier de la Compagnie de Culture de Tabac Ltée. Nou pane gagne aukaine cado. Nou fine paye tou séki bizin payé. Il faut savoir que la Compagnie de Culture de Tabac Ltée détient un bail depuis 1960 et la Société Mohamed Umeeir Ibne Showkut en est actionnaire depuis 2006, soit quand j’étais dans l’opposition. En 2011, quand je n’étais même pas ministre, une excision a été acceptée  en faveur de la Société. Zotte pé rode terni mo l’image

 

Q : « Zotte », c’est qui ?

R : Des esprits machiavéliques. Ils ne voient pas le travail colossal que j’abats au gouvernement. Ils veulent jeter de la boue sur moi. Je n’ai accordé aucune faveur. C’est impossible ! Je vous donne la garantie qu’il n’y a pas eu de conflit d’intérêts. J’ai toujours conseillé à mon fils de respecter les règlements et d’agir dans les paramètres de la loi afin de ne pas m’embarrasser politiquement. Zuberr Joomaye, bien qu’il soit membre de l’opposition, n’a commis aucune fraude. Il ne m’a jamais demandé une quelconque faveur. Il n’a rien reçu en cadeau et n’a rien fait d’illégal. Tout est en règle.

Si quelqu’un pense que j’ai fauté, je l’invite à faire une déposition contre moi au CCID ou à l’ICAC. Je ne permettrai pas qu’on s’attaque à mon honneur et à ma dignité. Je suis le seul ministre au monde qui n’a ni maison ni terrain. Je ne possède qu’une voiture ‘duty free’. Cela peut être vérifié au Registrar.

 

Q : Entre le chairman de l’ICC et vous, les relations ne sont pas au beau fixe. Pourquoi ? Sam Lauthan sera-t-il remplacé à la tête de cet organisme ?

R : Je n’ai rien contre le chairman de l’ICC. Mon seul souci c’est que jusqu’ici je n’ai toujours pas reçu le rapport de la Hajj Mission alors que le prochain pèlerinage approche à grands pas. On m’a confié la responsabilité du Hadj. Il faut donc que je l’assume comme il se doit. Il y a eu certains manquements au niveau de l’organisation du Hadj l’année dernière. Je ne veux pas que cela se répète cette année-ci. Raison pour laquelle je présiderai personnellement le Hadj Committee. Je m’attends à avoir plus de visas cette année. Il faut donc que la Hajj Mission soit composée de gens compétents. Ensuite, j’aimerais que des médecins ainsi qu’une équipe paramédicale accompagnent les futurs hadjis. Il y a une grande possibilité que l’ambassade mauricienne soit déjà opérationnelle avant le début du pèlerinage.

  • Sur le dossier des marchands ambulants : « On avait promis de mettre de l’ordre et on le fera »

 

Q : Justement, où en est-on avec l’ouverture de cette ambassade en Arabie saoudite ?

R : Ce projet a été évoqué entre 2005 et 2010 par Navin Ramgoolam. Il avait promis d’ouvrir une ambassade en Arabie saoudite s’il remporte les élections. Mais une fois au pouvoir, le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, a affirmé qu’il ne peut utiliser l’argent public pour l’ouverture de cette ambassade. En deux occasions, soit en 2010 et 2011, les missions prévues à cet effet en Arabie saoudite avaient été ‘cancelled’. Je condamne également Paul Bérenger. Il a été au gouvernement à deux reprises et a même été Premier ministre. Mais il n’a jamais levé ne serait-ce le petit doigt en faveur de ce projet.

Par contre, SAJ avait promis, le 10 décembre 2014, de concrétiser ce projet en un an s’il vient au pouvoir. Exactement une année après, soit le 15 décembre 2015, les autorités saoudiennes ont donné leur feu vert pour l’ouverture de cette ambassade.  Elles nous ont offert gratuitement deux arpents de terrain pour la construction éventuelle de l’ambassade. Elles ont également mis à notre disposition une villa pour qu’on puisse commencer à opérer dans les plus brefs délais. Cinq personnes seront bientôt nommées pour y travailler.

 

Q :   Les récentes nominations faites par la PSC, la LGSC et DFSC provoquent des grincements de dents. Outre la méritocratie et l’ancienneté, on dit que les droits des minorités  ne sont pas respectés. Vous êtes  VPM sur le front-bench aussi de par votre appartenance ethnique. Ne devez-vous pas veiller à ce qu’il y ait au moins un certain équilibre dans le recrutement et la promotion au sein de la fonction publique et des corps paraétatiques ?

R : SAJ est très clair dessus. Tous les exercices de recrutement et de promotion doivent se faire uniquement sur la base de la méritocratie. Aucun ministre ou député n’a le droit d’y intervenir. Et le Cabinet veille au grain à ce que ce principe soit respecté.

  • « Je suis le seul ministre au monde qui n’a ni maison ni terrain. Je ne possède qu’une voiture ‘duty free’ »

 

Q : Pourquoi vous vous montrez si docile et servile envers SAJ ?

R : J’ai toujours été loyal et sincère envers lui. Il m’a appris beaucoup de choses et j’ai toujours mis en pratique ses enseignements. A son âge, il continue de bosser dur. Son attitude m’encourage à me surpasser. Voyez-vous, il m’a donné la chance de présider onze comités interministériels. Li donne tous dimounes opportunités.  Et puis, il est toujours disponible pour nous écouter et nous conseiller. C’est un sage.

 

Q :   Heritage City est-elle une priorité alors que beaucoup de Mauriciens vivent dans l’extrême pauvreté et n’ont ni eau ni électricité ?  Le gouvernement n’aurait-il pas dû investir davantage dans l’amélioration de la qualité de vie de ses citoyens ?

R : Le gouvernement a deux priorités : le développement et l’emploi. Sans le développement, il n’y aura pas d’emploi. Nous allons faire des développements qui boosteront l’économie et, éventuellement, créer un deuxième miracle économique. Il y aura bientôt une série de projets qui démarreront, les uns après les autres (ndlr : il en énumère une douzaine, dont celui de la transformation de Port-Louis qui commencera dès cette semaine). La Heritage City sera un modèle dans cette partie de l’Afrique et de l’océan Indien. Comme mon collègue Roshi Bhadain l’a expliqué, le projet sera financé par le secteur privé mauricien, l’Arabie saoudite et l’Inde à travers des ‘equities’. Les premiers coups de pioche seront donnés en août de cette année.

 

Q : Etes-vous insensible au sort des marchands ambulants ou allez-vous aider et conseiller toutes les parties concernées pour une solution humaine ?

R : Je n’ai pas vraiment suivi ce dossier. Mais je pense que le ministre Husnoo fait un bon travail. Les aspects de sécurité et de discipline sont très importants. On va prochainement investir Rs 15,5 milliards pour transformer la ville de Port-Louis. Mais on doit d’abord y mettre de l’ordre. Je félicite les marchands ambulants car ils gagnent leur vie honnêtement et ils créent des emplois. Cependant, on avait promis de mettre de l’ordre et on le fera. Le ministre Husnoo peut compter sur notre soutien.

SHARE
Previous articleAccident fatal
Next articleCulture de cannabis