LETTRE AU PREMIER MINISTRE :  Maltraitance de L’Enfant et des Femmes battues

 

Monsieur le Premier Ministre,

Je vous serais gré de bien vouloir donner suite aux doléances qui m’attriste de vous faire parvenir. Ci-dessous, les grandes lignes d’une crise familiale qui risque de fragiliser l’harmonie de notre tissu social.

  1. Protection Order : A quoi doit servir une protection order ?

Combien de femmes ont été tuées par leurs conjoints/concubins, malgré qu’elles détenaient une protection order ?

  1. Pourquoi revient-il à la femme d’être contrainte à quitter son toit conjugal avec ses enfants à sa charge, malgré que c’est elle la vraie victime ? Le fait est que quand la femme est contrainte à trouver un refuge, les enfants sont incapables de poursuivre leurs scolarités tant que la mère ne réussit pas à trouver un logement stable.
  2. Pourquoi ne pas considérer des endroits pour héberger ces femme qui éprouvent des graves difficultés afin qu’on puisse les protéger et les aider dans leur démarches ?
  3. Pourquoi ne pas considérer dans votre prochain budget les moyens nécessaires pour la construction de nouveaux shelters ?
  4. Pourquoi ne pas offrir des facilités de paiements pour un logement à des mères célibataires.
  5. Pourquoi ne pas considérer des lois sévères contre les hommes violents ? Dans le cas de Trevor Lindor qui avait ébouillanté son épouse, il a eu une amende de Rs 4000 seulement. D’ailleurs cela fait déjà 2 mois que Clara Lindor attends toujours l’assistance d’une psychologue du Ministère de l’égalité des genres, du développement de l’enfant et du bien-être de la famille, en dépit des assurances à cet effet.
  6. Une page Facebook a été créé, « Respecter Nous », au nom des femmes en détresses qui souhaitent nous contacter. Je vous assure que des centaines de femmes ont pris contact via cette page Facebook. Il semblerait que le niveau d’incompétence et de négligence au niveau du Ministère de tutelle est flagrant de part un manque total de support et de compréhension à l’égard de ces femmes déjà vulnérables psychologiquement et émotionnellement.
  7. Il est important de souligner le fait que lors des dépositions des femmes battues à la station de police, leurs plaintes ne sont même pas enregistrées dans certains cas et les policiers leurs conseils de rentrer chez elles. Dans les cas où les femmes menacées de mort ou de violences conjugales téléphonent au poste de police, les policiers se réfugie dans des excuses futiles tel qu’il n’y pas de véhicules disponible. N’est-il pas temps de mettre au moins une motocyclette à la disposition des policiers dans chaque poste de police pour des cas d’urgence ?
  8. Concernant le drame national des enfants enlevé de leurs parents par la Child Development Unit, comment expliquer le fait que la CDU persiste à reprendre les enfants de leurs parents quand les shelters sont débordés et ne peuvent accueillir d’avantage d’enfants ?

La CDU conduisent les enfants au préable dans des hôpitaux pour un examen médical approfondi, mais dans plusieurs cas, ces enfants sont laissé pour compte dans ces hôpitaux au-delà d’un mois…injustifiable.

  1. Permettez mois, Monsieur le Premier Ministre, de vous illustrer ces drames avec des cas réels.

 

  1. Une femme ayant reçu des maintes menaces de mort de la part de son mari, ce dernier n’a jamais été inquiété par la police. Elle s’est vu contrainte de se réfugier chez ses parents proches. Où sont nos lois ? La responsabilité de la police est-elle engagée ?
  2. Une femme de 65 ans s’est rendu à plus de 5 reprises au poste de police afin de porter plainte contre son fils drogué qui lui inflige des coups et blessures. La police ayant refusé tout simplement à prendre sa déposition, j’ai dû accompagner cette personne afin de consigner sa déposition.
  • J’ai personnellement visité ces enfants pris en charge par le Child Development Unit mais laissé pour compte dans nos hôpitaux. Des enfants en bonne santé mais pas scolarisé pendant plusieurs mois.

Pourquoi le personnel de la CDU ne se sentent pas/plus concerné par ces cas d’enfants abandonné à leurs tristes sorts ? J’ai été témoin des efforts fort louables des infirmières qui de part leur bonnes volontés apportent leurs aides à ces enfants afin qu’ils puissent lire et étudier. La scolarité n’est-elle pas obligatoire à Maurice ?

J’ai aussi voulu comprendre pourquoi la Child Development Unit a jugé bon de retirer des enfants à leurs parents sans raisons valables ni justifications, et de tout simplement les retourner à leurs parents des semaines après sans aucune explications.

  1. J’ai regardé une vidéo où on pose des questions à une fillette de 8 ou 9 ans dans un hôpital qui raconte le genre de traitement que ces enfants ont du subir dans les Shelters au quotidien…ces enfants subissent des services physiques : on peut entendre ces propos dans la video : « gagne batter lors le dos ; dimoune pas gagne droit batter, mais Miss [employé des Shelter] batter » ; ces enfants des Shelters sont apparamment tres mal nourrit : « gagne tigit manger ; quand dimander, banla dir ki nou pa pu gagner »…
  2. Le cas d’une fillette de 13 ans, victime de viol le 26 Aout 2020 et que jusqu’au 29 aout elle était toujours privé de douche sous prétexte que le médecin du ministère ne l’avait pas encore examiné…

Ce cas précis était publié sur la Page Facebook « Respecter Nous » le 29 Aout 2020 ; on m’a contacté pour de plus ample détails afin qu’on puisse alerter la Ministre concernée et donner suite en urgence. La ministre aurait fait comprendre que son ministère n’était même pas au courant. On passe la balle au Ministère de la Santé qui a omis de notifier la CDU.

  1. Le 15 juillet j ; ai personnellement intervenu sur WAZZA afin d’alerter le Ministère de L’Enfant sur le cas de deux bébés de 11 mois et de 12 mois qui partageaient un biberon à deux à la Salle 12 à Candos. Le Ministère a refusé de communiquer avec Wazza fm et les medias sur ces cas.

vii. D’ailleurs il a eu même un cas où la CDU avait pris une fille de 14 ans et l’avait laissé à la Brown Sequard Hospital et le psychologue avait du écrire une lettre pour que la CDU retourne l’enfant avec sa mère. L’enfant était stressé là-bas. Est-ce qu’on ne traumatise pas ces enfants en faisant cela ?

Ceci, Monsieur le Premier Ministre n’est que le « tip of the iceberg »…

Je fais appel à votre humanisme et à votre engagement pour le bien-être de l’enfant et des personnes vulnérables de notre pays, afin que cette situations de dénigrement de la dignité humaine ne soient pas tolérés dans les institutions detats.

Je demeure convaincu de votre détermination afin que l’inefficience de nos institutions et des manquements dans les Ministère de tutelle ne soient qu’un très mauvais souvenir.

Je vous serais gré de bien vouloir enclencher les démarches nécessaires afin de soulager la souffrance de ces enfants et femmes vulnérables.

Avec tout mon respect, Monsieur,

Copy to :

  1. The permanent Secretary, Ministère de l’Égalité des Genres du Développement de l’Enfant et du Bien-Etre de la Famille
  2. The Permanent Secretary, Ministry of Health and Wellness
  3. The Commissioner of Police, Police Headquarters, Line Barracks

 

Mrs Jenssy SABAPATHEE