41,5 % des mesures annoncées l’année dernière attendent  leur implémentation

Construction site crane building a blue 3D text. Part of a series.

À J-4 du grand exercice budgétaire que présentera Pravind Jugnauth ce jeudi à l’Assemblée nationale, il est temps de faire un bilan des mesures budgétaires annoncées en 2017 et qui n’ont pas été implémentées par le gouvernement. Selon nos calculs, le nombre de mesures non-implémentés dépasse la barre des 100 projets et affiche un pourcentage au-dessus de 40 %. Le point…

Marwan Dawood

Croissance économique : l’échec !

Pravind Jugnauth avait annoncé en grande pompe l’année dernière qu’il voulait que le pays réalise une bonne croissance économique pour l’année financière 2017/2018. De ce fait, alors qu’il avait prévu une croissance au-delà des 3,9 % réalisés pendant l’année financière 2016/2017.  Cependant, la croissance économique n’a pas connu de grande évolution, en restant sur sa position de 3,9 % pour l’année financière 2017-2018. C’est quasiment une certitude que Pravind Jugnauth essaiera une nouvelle fois de placer la barre plus haut après avoir raté les 4 % qu’il prévoyait.

La performance des ministères

Quel a été le ministère le plus performant et le moins performant pendant l’année financière 2017-2018 en matière d’implémentation des mesures budgétaires ?  Le constat est surprenant, voire choquant, car ils ne sont pas moins de dix ministères à avoir franchi la barre des 10 mesures implémentées, comme annoncé le 8 juin 2017. Ainsi seulement 2 ministères sur les 21 que compte le cabinet ont implémenté au moins 10 mesures.  Ce sont le ministère des Finances et celui de l’Éducation.

L’implémentation des mesures budgétaires en chiffres

Comme mentionné plus haut, seuls 2 ministères sortent du lot en termes de mesures budgétaires implémentées. Si les Finances et l’Education ont fait leur ‘homework’, 6 autres ministères attirent l’attention. L’Intégration sociale, les Services financiers, le Tourisme, le bureau de l’Attorney General, les Collectivités locales et la Sécurité sociale ont à leur palmarès une seule mesure budgétaire 2017-2018 implémentée.

Le ministère du Travail et celui de la Santé ont à leur actif deux mesures chacun alors que les ministères des Services publics, des Coopératives, de la Jeunesse et des Sports, et celui des Arts et la Culture, ont implémenté 3 mesures chacun.  Le ministère des Commerces, le PMO, la Communication extérieure et les TIC font mieux avec 4 mesures pendant que le ministère de la Défense et de Rodrigues et celui de l’Agro-industrie repartent avec 6 et 7 mesures respectivement.  Voyons en profondeur les pourcentages des mesures implémentées par ministère sur un total des 105 mesures implémentées.

  • Ministère des Finances : 41 %
  • Ministère de l’Éducation : 11,4 %
  • Ministère de l’Agro-Industrie : 6,6 %
  • Ministère de la Défense et de Rodrigues : 5,7 %
  • Ministère des Commerces : 3,8 %
  • Prime Minister’s Office : 3,8 %
  • Communication extérieure : 3,8 %
  • Ministère des TIC : 3,8 %
  • Ministère des Services publics : 2,8 %
  • Ministère des PME : 2,8 %
  • Ministère des Sports : 2,8 %
  • Ministère des Arts et de la Culture : 2,8 %
  • Ministère du Travail : 1,9 %
  • Ministère de la Santé : 1,9 %
  • Ministère du Tourisme : 0,9 %
  • Ministère des Collectivités locales : 0,9 %
  • Bureau de l’Attorney General : 0,9 %
  • Ministère des Services financiers : 0.9 %
  • Ministère de la Sécurité sociale : 0,9 %
  • Ministère de l’Intégration sociale : 0,9 %

Pravind Jugnauth donne le ton…

PJ

Le ministre des Finances n’a pas chômé, selon les chiffres.  Pendant l’année financière 2017-2018, le ministère des Finances, qui tombe sous sa responsabilité, a implémenté 43 projets, le plus grand nombre par un ministère.

Il avait annoncé la création de l’Economic Development Board (EDB), dont le conseil d’administration a été constitué en novembre 2017, avant d’être officiellement opérationnel dès janvier de cette année. Par ailleurs, le ministère des Finances a également implémenté une autre mesure visant la réforme des mesures fiscales pour permettre aux entreprises locales d’augmenter leurs capacités d’exportation. Il faut également retenir le déboursement de la somme de Rs 14,7 millions, payée aux planteurs dont les plantations ont été détruites par le mauvais temps. Cette mesure est en vigueur depuis le 3 juillet 2017.

Juste après le ministère des Finances, on retrouve le ministère de l’Éducation. Après avoir essuyé des critiques avec la lenteur dont le ministère implémentait les précédentes mesures budgétaires, le ministère de l’Éducation donne l’exemple cette fois-ci. Parmi les grands projets réalisés, la mise sur pied du Research Fund, au coût de Rs 50 millions, pour permettre la promotion de la recherche académique dans les universités mauriciennes.  Les centres polytechniques ont également reçu la somme de Rs 130 millions, en termes de coûts opérationnels. Par ailleurs, depuis novembre 2017, les cours menant au National Diploma in Nursing sont dispensés à Maurice, comme annoncé par Pravind Jugnauth en juin 2017.

Production du cannière

Production Sucre

Le 8 juin 2017, Pravind Jugnauth a annoncé vouloir relancer l’industrie cannière. À cet effet, il annonça que la somme de Rs 50 millions allait être accordée aux planteurs de la canne à sucre pour que 500 hectares de terres abandonnées soient reconverties pour la culture de la canne à sucre pendant l’année financière 2017/2018. Le Grand argentier avait également annoncé qu’il comptait mettre à la disposition de l’industrie sucrière une nouvelle technologie, notamment des drones pour la supervision de la production sur une grande échelle.  Les mois ont passé et ces deux mesures n’ont jamais vu la lumière. The writings were on the wall, l’industrie sucrière est toujours au point mort.

Transport et développement routier

Alors que le nombre d’accidents fatals sur nos routes ne cessent d’augmenter d’année en année, il faut faire ressortir que le ministre des Finances n’avait rien prévu concernant cet aspect dans son budget 2017-2018. Cependant, il a mis toutes les chances de son côté dans la réalisation des grands projets routiers : à Coromandel avec le projet A1-M1 Link Road et le Jumbo Pont-Fer/Rond-Point Dowlut Highway. Les deux projets ont été lancés cette année.  Sans oublier le Metro Express dont les travaux s’accélèrent de semaine en semaine.

Attendre la fin de 2018 pour voir les projets se concrétiser

Au ministère des Finances, le terme, « non implémenté » n’existe pas.  On annonce ainsi l’implémentation de quelques 65 projets se trouvant dans le discours du budget 2017-2018 pour la fin de l’année 2018.  Avec les 65 projets qui viendront s’ajouter aux 105 déjà existants, le total passera à 170, soit 67 % des mesures annoncées en 2017.  Déjà, plusieurs projets de développement sont actuellement en chantier à travers le pays. Par exemple, au niveau de la National Development Unit (NDU), on peut noter la construction de ponts à Richelieu et à Cité La Cure, entres autres. Le ministère des Finances avait annoncé également la création d’une Business and Investment Platform pour l’Afrique pour cette année mais aussi la réforme des mesures fiscales pour permettre aux Global Business Companies d’être conformes aux normes internationales.

Fourniture de l’eau : toujours des promesses…

De l'eau

Pravind Jugnauth avait annoncé une fois de plus en 2017 que la fourniture de l’eau sur une base 24/7 restait l’une de ses priorités. Il avait ainsi annoncé l’installation des citernes d’acier pouvant contenir jusqu’à 2 000 mètres cubes d’eau pour la somme totale de Rs 210 millions, dans les endroits qui ont une pauvre alimentation en eau potable. Cependant, ces citernes d’acier demeurent pour l’instant à l’état d’annonce.  Il avait également annoncé l’achat de 15 ‘mobile plants’ afin de traiter l’eau souillée par la boue pendant les grosses pluies, au coût de Rs 135 millions, mais cette mesure n’a jamais été implémentée.  Les parties prenantes dans ce secteur se demandent aussi où sont passées les pompes solaires qui devaient être utilisées sur 12 sites pour améliorer la fourniture d’eau potable. Le barrage de Rivière-des-Anguilles tarde à prendre forme pendant que le Bagatelle Dam Water Treatment Plant est toujours en chantier.

Law and Order

Le gouvernement met les paquets bouchées dans la lutte contre la prolifération des drogues mais en même temps, la situation du Law and Order continue de se détériorer. Parmi les projets annoncés en 2017, la construction d’un nouveau QG pour la National Coast Guard (NCG) à Fort William. Ce projet englobe le Integrated Development Project et le Trident Project, au coût de Rs 2,9 milliards. Par ailleurs, le Safe City Project, qui coute Rs 440 millions, est toujours attendu.